Allaiter un bébé allergique ...

Si tu nous suis sur Facebook, tu as du voir que j'allaite toujours mon petit hibou (à l'heure où j'écris elle a presque 14 mois). J'ai fait le choix de l'allaitement (j'y reviendrai plus tard dans un autre article) et au bout de quelques semaines nous nous sommes aperçus que petit hibou était allergique aux PLV (Protéines de Lait de Vache). Cette allergie est la plus courante chez les nourrissons et il m'a fallu faire un régime strict pour éliminer les PLV. Et oui car en allaitant c'est moi qui contaminait ma fille en mangeant toute sorte de produits laitiers...
Mmmh que c'est bon 😋

Supprimer les PLV, pas si compliqué...

Je me suis dit que cela ne devait pas être si compliqué de supprimer les PLV de mon alimentation. Puis j'ai pensé aux fromages que je m'enfilais à chaque repas avec un petit yaourt, le chocolat (au lait bien sûr et puis tu sais les Kinder qui sont trop bon ! ) que j'aime tant, les tartines de beurre et confiture le matin, les plats en sauce avec plein de crème ... Bref ! Une fois que je me suis listée tout ce que je mangeais d'habitude, je me suis rendu compte que cela ne serait pas aussi simple que ce que je pensais... 

... ou pas !

Moi qui suis très friande de gâteaux et viennoiseries en tout genre ben j'allais devoir apprendre à me passer de certains car les industriels (je ne sais pour quelles raisons) mettent des PLV partout ! Même dans les chips ou le saucisson on peut trouver des PLV ! 

Je ne savais pas comment j'allais m'en sortir toute seule...

Difficile de s'y retrouver au début car on ne fait pas attention à tout ... Par chance j'ai pu grâce à la magie des réseaux sociaux trouvés un groupe (Allaiter un bébé allergique) qui m'a permis d'apprendre à enlever les PLV de mon alimentation tout en remplaçant par d'autres produits pour ne pas me sentir frustrer. Je vous conseille d'y faire un tour : on y trouve du soutien et plein de recette sans PLV, GLO (Gluten, Lait, Oeuf) pour les polyallergiques
Et j'ai également une cousine en or qui m'a donné plein de précieux conseils car sa fille est  aussi allergique aux PLV.

Attention aussi aux médicaments qui peuvent contenir des PLV comme l'homéopathie... On y pense pas tout de suite ! On pense soigner son bébé et en fait on empire les choses...

 Et ma vie sociale dans tout ça !

Bien sûr, ce n’est pas moi qui suis allergique. Mais, dans ses circonstances, je dois me comporter comme si c’était moi qui étais allergique. Mes proches sont au courant de l’histoire, mais quad je vais au restaurant je me vois mal expliquer que « non, ce n’est pas moi qui suit allergique, c’est ma fille. Mais comme je l’allaite… ». Non, ce n’est juste pas possible. Je fais donc au plus simple : « Je suis allergique aux protéines de lait de vache. Est-ce qu’il y en a dans votre plat ? ». Il faut savoir que les restaurateurs ont l'obligation en France d'avoir une carte des allergènes pour tous les plats proposés mais cette règle n'est pas toujours respect mais en général j’ai toujours trouvé de quoi manger dans un restaurant. Je dirais que le plus dur a été chez certains proches…

Au niveau des amis et de la famille, il y a ceux qui comprennent tout de suite (et qui ne se trompent jamais !), ceux qui font des erreurs (mais j’en ai fait aussi, c’est normal)… Et puis il y a les autres : ceux qui s’en fichent, qui se disent que l’allergie de ma fille est dans ma tête (ou qui se disent autre chose, je ne sais pas bien). Sauf que ce n’est pas eux qui vont avoir un bébé malade pendant trois jours après que j’ai mangé leur plat « Au fait, je crois que j’ai mis un peu de crème dedans ! ». Heureusement, au fur et à mesure que ma fille a grandi, ils ont vu que ce n’était pas qu’un délire de mère poule, mais que c’était bien réel.

Sinon, il faut favoriser les soirées chez soi. Au moins, on sait ce qu’on mange !

Et maintenant

Je dirais que je n’ai pas mal vécu cette éviction alimentaire.

Le plus dur a été de voir ma fille souffrir à chaque erreur (il y en a eu bien sûr. J’ai mis un peu de temps à comprendre qu’il y avait du lait dans certains aliments comme le saucisson ou l'homéopathie). De me dire que, si ça se peut, elle allait devoir suivre cette éviction toute sa vie.

Moi, ce n’est que pour le temps de l’allaitement. Et, si jamais cela se révélait impossible à vivre, je peux aussi la passer au biberon. J’ai choisi l’éviction.
Certaines trouveront mon choix fou/contraignant/courageux, je ne sais pas. Dans tous les cas, je ne demande pas de médaille pour ce que j’ai fait (en tant que mère, on a toutes droit à la même médaille !). Ce n’était ni plus ou moins bien qu’un autre choix. Je souhaite juste partager mon expérience et dire qu’un allaitement est possible dans ces conditions.

Aujourd’hui, ma fille a 14 mois, et elle est toujours allaitée. 85% des enfants allergiques aux PLV sont guéris avant leurs 3 ans, selon les allergologues. Ici, ce n'est pas encore le cas. Elle est toujours allergique. Mais en réintroduisant progressivement nous avons trouvé un seuil de tolérance ou elle peut consommer quelques PLV sans dépasser une certaines doses. Il y a peu de temps on a essayer le lait de croissance et cela a été un échec car eczéma +++ et de nouveaux des maux de ventre et nuits difficiles... Mais ce n'est pas grave elle mange de temps en temps quelques produits laitiers et surtout je ne suis plus en éviction de mon côté et elle tolère très bien mon lait donc c'est un grand progrès !

Et toi, tu as allaité un enfant allergique (aux PLV ou à autre chose) ? Tu as mis du temps à comprendre que cet ingrédient était souvent caché ? Tes proches étaient compréhensifs ? Tu as tenu le coup jusqu’au sevrage, ou tu as décidé de passer au biberon ? Raconte !

 

Commentaires

Articles les plus consultés